Tibetdoc

Accueil du site > Dalaï-lama > Interviews > Pas de haine

Pas de haine

mercredi 10 décembre 2008

L’actuel dalaï-lama répète souvent qu’il n’éprouve pas de haine, ce qui est une pensée typiquement bouddhiste. Voici une liste de ses positions, tirée d’une interview donnée au « Nouvel Observateur » le 17 janvier 2008 :

* de mon temps il n’existait qu’une dizaine de prisons au Tibet, contenant 20 à 40 personnes. Actuellement on en compte des milliers.

* de mon temps, il y avait un certain nombre de privilégiés, mais aujourd’hui la totalité du peuple tibétain est soumis aux maîtres chinois.

* naturellement certains fonctionnaires tibétains sont très bien payés et collaborent avec les Chinois.

* on peut parler d’un génocide culturel à cause de l’agression démographique chinoise. Dans chaque ville il existe aujourd’hui des « Chinatowns ».

* les Chinois n’ont plus de morale et ils renient le bouddhisme et Confucius

* les Chinois introduisent le travail des enfants

* le fossé entre riches et pauvres s’agrandit. Je suis plus marxiste que les Chinois

* je voudrais pratiquer un rituel de purification sur la Place Tian an Men en souvenir des victimes

* je suis accusé, à tort, par les Chinois de vouloir le séparatisme

* je veux négocier, mais les Chinois ne veulent pas. Ils me considèrent comme un demi-diable

* la répression effectuée par les Chinois au Tibet est préméditée.

* Le régime chinois actuel est radicalement matérialiste et communiste. C’est ridicule.

Si cela n’est pas de la « haine », c’est pour le moins de la « politique ». Nous enverrions promener notre pape actuel pour moins que ça (ce qu’il sait encore faire !).

2 Messages de forum

  • Pas de haine

    5 janvier 2012 18:33, par Augustin

    Je ne vois absolument pas en quoi il faudrait s’étonner de la part de celui qui a toujours et sans la moindre ambiguïté été le chef spirituel et politique du peuple tibétain en exil qu’il fasse des déclarations politiques. Ou alors ce serait dénier au représentant de ce peuple la possibilité de s’exprimer sur la situation de son pays, qui, quelque fut son statut passé, avait la plus grande liberté pour s’administrer et vivre selon ses traditions.

    Ce serait aussi lui dénier le droit de répliquer à la propagande chinoise qui ne fait pas dans la dentelle en affirmant tout et n’importe quoi à son sujet.

    La comparaison avec le pape ne tient pas, en ce sens que le Dalaï Lama est le représentant du peuple tibétain en exil, et que depuis le 5ème Dalaï Lama, il assure un rôle politique majeur. On peut trouver à redire sur ce système, mais si on n’en tient pas compte, on tombe dans l’erreur d’une lecture occidentale du bouddhisme tibétain.

    En outre, je ne vois pas la moindre trace de haine dans les déclarations citées (au contraire des déclarations pleines de mauvaise fois des autorités chinoises (que je ne confonds pas avec le peuple chinois).

    • Pas de haine 9 janvier 2012 23:30
      Comment on devient "représentant d’un peuple" ? Dans le cas du Tibet ancien, c’était l’élite ecclésisiatique et la noblesse laïque qui en décidait. Puis, il y a eu l’empire chinois qui s’y est mêlé. Et encore après les grandes puissances mondiales de l’époque. Encore maintenant d’alileurs. J’ai lu pas mal de discours et d’intervieuws de l’actuel dalaï-lama. La "haine" vis-à-vis des chinois ne vise qu’une chose, à mon avis : faire éclater la Chine pour l’asservir au marché. Le Tibet ne s’en portera pas mieux.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette